Appel à la mobilisation

Mobilisation internationale pour la libération de Madame Victoire Ingabire Umuhoza et tous les autres prisonniers politiques rwandais

Signez la pétition

Le lundi 16 avril 2012, Mme Victoire Ingabire Umuhoza, Présidente des FDU-Inkingi, détenue à Kigali (Rwanda) depuis octobre 2010, apris la décision de se retirer avec effet immédiat du simulacre de procès ouvert depuis plus de 6 mois devant la Haute Courde Kigali. Cette décision faisait suite au refus par l’accusation et par le tribunal, d’entendre un témoin clé de la défense qui avait exposé la manipulation, par le procureur, des preuves à charges ainsi qu’à d’autres dénis de justice dénoncés sans succès.

Madame Ingabire Umuhoza a perdu toute confiance en la justice et a décidé de ne plus assister aux audiences. La Haute Cour, qui devait statuer sur cette décision, a, comme depuis le début du procès, donné raison au procureur et a décidé de poursuivre le procès en l’absence de l’accusée. Quelques jours après la prise de cette décision par Mme Ingabire Umuhoza, le ministère public a requis la prison à perpétuité contre elle (voir Rwanda: prison à vie requise contre l’opposante Victoire Ingabire, Steve TERRILL (AFP), 25/4/2012). La Cour doit rendre son verdict le 7 septembre 2012.

S’il est vrai que la peine de mort a été théoriquement abolie au Rwanda, elle a été remplacée par l’emprisonnement dans l’isolement, pratique condamnée par les organisations internationales des droits de l’homme. (voir Rwanda. Communication au Comité contre la torture (ONU) par l’ Amnesty International du 3 may 2012). Par ailleurs les conditions de détention elles-mêmes dans les établissements pénitentiels rwandais équivalent à une torture permanente, et c’est ce que vit Madame Victoire Ingabire depuis son arrestation et Déo Mushayidi.

Certaines voix affirment qu’il ne faut pas se prononcer avant la lecture du verdict. Mais le verdict semble écrit d’avance par l’exécutif qui n’a cessé de s’immiscer dans le déroulement du procès.

Si la communauté  internationale refuse de condamner la conduite des débats au cours du procès, le fera-t-elle une fois que Mme Ingabire Umuhoza aura été envoyée aux oubliettes ?Joignez-vous à nous, en signant cette pétition, pour demander l’intervention de la communauté internationale (USA, UK, Union européenne,…) en vue de la libération immédiate de Madame Ingabire Umuhoza et de tous les prisonniers d’opinion.

En signant cette pétition, vous aurez contribué à faire respecter les droits humains élémentaires au Rwanda.

Cliquez  ici pour signer la pétition