«

»

12 mars 2012 – Tous débats sur les allegations de l’idéologie du génocide suspendus

LE PROCES POLITIQUE DE MADAME INGABIRE REPREND. LA HAUTE COUR SUSPEND TOUS DÉBATS SUR LES ALLEGATIONS DE GENOCIDE EN ATTENDANT LA DECISION DE LA COUR SUPPREME SUR LEUR CONSTITUTIONNALITÉ.

Le 12 Mars 2012, le procès politique de la leader de l’opposition, Mme Victoire Ingabire Umuhoza, a repris. Environ 200 personnes venant de partout dans le pays ont assisté à l’audience et certaines d’entre elles étaient habillées en rose, un symbole de l’uniforme de prison, en solidarité avec tous les prisonniers politiques rwandais. La Haute Cour a décidé de suspendre tous les débats liés à l’idéologie du génocide durant ce procès jusqu’à ce que la Cour Suprême se prononce sur une demande de la défense d’annuler cette loi controversée. Les audiences se sont poursuivies sur des accusations dont le Procureur allègue qu’elles relèvent d’une action de lever une force armée, de complicité dans des actes terroristes et de diffusion de rumeurs visant à inciter le public à se rebeller contre le pouvoir en place.

Cette décision de la Haute Cour est le résultat d’une action introduite la semaine dernière auprès de la Cour Suprême par Mme Victoire Ingabire Umuhoza lui demandant d’examiner la constitutionnalité de la LOI N ° 18/2008 DU 23/07/2008 relative à la répression du crime d’idéologie du génocide.

Tout cela se passe pendant que sont rapportées de nouvelles disparitions de leaders de l’opposition au Rwanda. Le Parti Social IMBERAKURI a informé le public dans un communiqué de presse daté du 10 Mars 2012 que M. Jean-Baptiste ICYITONDERWA, Secrétaire du Parti en charge de la mobilisation, a été enlevé par la police de sécurité depuis le 7 Mars 2012. Son sort reste encore inconnu. Au Rwanda, le sort de leaders politiques enlevés a toujours été extrêmement préoccupant, en particulier depuis le 14 Juillet 2010, lorsque le corps du défunt André Kagwa Rwisereka, alors Vice-Président du Parti démocratique vert du Rwanda, avait été retrouvé décapité. La communauté internationale a demandé que justice soit faite pour cet assassinat mais rien ne s’est passé jusqu’à présent, deux ans plus tard.

Pour les FDU-Inkingi

Boniface Twagirimana
Vice-Président intérimaire